L'AME ELECTRIQUE : VoizNoiz

Un regard inquiet et interrogatif se pose sur vous à l'ouverture du boîtier cristal qui renferme cette perle. La première plage, faite de craquements et d'un rythme "brush hit" que l'on admettraient volontiers issus d'un disque jazz des années 50 (78 tours de préférences). Une voix vocodée et discrète vient se glisser sur cet univers qui sent bon le St Germain, nous signifiant bien à propos qu'il s'agit d'un album appartenant à notre nouveau siècle digital. VoizNoiz est bien cela, un disque qui regarde vers l'avant, mêlant avec audace, humour et précision, mille et unes sonorités issues des quatre coins du monde sans que ça ne ressemble jamais (et heureusement) à de la World-Music (atchoum!) ou à du Deep Forest ( re-atchoum ! ). C'est étrange, exotique mais aussi urbain et contemporain. Notons que Michel Banabila n'est pas seul aux commandes de ce très bon disque-projet. On peut même dire que ça fait du monde. 8 membres du collectif Néerlandais Voiznoiz (dont le Flying Dutchman dont nous reparlerons ici) l'accompagnent dans le rassemblement de samples ou pour ajouter basse, rythmeŠ qui font de cet album quelque chose de complexe, précieux et jouissif. Notons aussi le très bel Artwork de ce CD. J.C.  

VoizNoiz1