ETHER REAL: More Research From The Same Dept.

Alors que l’on vous parlait de Michel Banabila il y a quelques mois à l’occasion d’une collaboration avec Machinefabriek (Travelog, 2013), nous revenons déjà sur le travail du prolifique Néerlandais avec cet album solo qui est l’occasion de le retrouver sur des terres plus expérimentales.

Dès les premières notes, ou plutôt les premiers bruitages, Michel Banabila nous prend de court avec une musique particulièrement abstraite, à base de chuintements, crépitements, tonalités abruptes et machines comme ce frétillement mécanique qui nous rappelle le bruit d’un projecteur ou ces petits crissements épars probablement responsables du titre : Cricket Robotics. Si la musique s’avère être plutôt abstraite, l’oreille reste guidée par quelques bruitages réguliers qui donne le tempo sur le morceau titre ou encore ce The Magnifying Transmitter aux consonances industrielles. Ici c’est le ronronnement d’une machine qui est joué en boucle, parsemé de micro-sifflements et souffles qui contribuent à créer une atmosphère lourde, sombre et moite. Par ailleurs, en jouant sur la longueur, Michel Banabila fait lentement évoluer ses pièces pour finir généralement sur des tonalités plus calmes.

On aborde la deuxième moitié de l’album avec Alien World qui fait basculer le disque vers des ambiances plus apaisées, avec une ambient à la fois douce et mystérieuse, à base de nappes feutrées, gouttelettes proches du tintement et crépitements sur la fin. Cette tendance s’affirme encore sur Tesla’s Lab et Sunbeams, avec des nappes particulièrement linéaires sur lesquelles une multitude de petits bruitages viennent se poser avec délicatesse. On pense à une nuée d’insectes et batraciens sur le premier, bientôt rejoints par quelques notes éparses de piano contemporain, tandis que le second se révèle être particulièrement lumineux, empli de tintements, crépitements et couinements synthétiques. Sur ces quelques titres, au fil du temps cet apaisement s’estompe légèrement au profit d’un retour à une certaine abstraction, toujours maitrisée puisque ici c’est une rythmique feutrée qui prend le relai.

On termine avec le naturellement complexe Cryptography, aux sonorités expérimentales, bruitages improvisés de tonalités variées, avant de se laisser emporter par un drone grave et menaçant de machines inquiétantes. Un album relativement expérimental, surtout si on le compare à Travelog, mais qui sait se faire abordable. (Fabrice Allard)

http://www.etherreal.com/spip.php?article5275&utm

Banabila - More Research From The Dept. Of Electrical Engineering

 

youtube Twitter bandcamp-logo Facebook reverbnation soundcloud vimeo lastFM mixcloud Blogger

Music composer & sound artist. Michel Banabila releases music since 1983 and has produced musical scores for numerous films, documentaries, video art, theatre plays & choreographies. His music varies from minimal loop-based electronica, 4th world and neoclassical pieces, to drones, experimental electronica and tribal ambient. In addition to acoustic instrumentation, Banabila uses electronics, field recordings, and snippets from radio, tv and internet.

Bureau B, Séance Centre, Pork Recordings, Tone Casualties, Challenge Records, Steamin' Soundworks, Tapu Records.